before
after

Accroitre le pouvoir d'attraction et d'influence des marques par l'art.

À voir

Abdelkader Benchamma, L'horizon des événements

Abdelkader Benchamma, L'horizon des événements

Dépassant les limites du dessin, Abdelkader Benchamma réalise d’immenses dessins muraux qui modifient et perturbent notre rapport à l’espace ainsi que nos perceptions.

Son dessin interroge le vide et l’absence, créant ainsi une densité, une profondeur. Loin d’être réductrice, cette simplicité touche à l’essence des choses. Ce jeu avec le support peut donner au visiteur l’impression de plonger dans l’infiniment petit ou de percevoir l’infiniment grand. Représenter ce qui ne peut pas l’être pourrait être une des nombreuses recherches de l’artiste. Au-delà du sujet, le médium lui-même est transformé. Sous ses doigts, le dessin prend du volume, devenant sculpture, ou s’appliquant comme un filtre sur une gravure. Chaque installation est une nouvelle expérimentation. Une grande partie de son travail est en effet liée à une pratique du dessin mural originale. Ces dessins éphémères, malgré leur très grande minutie, sont voués à disparaître, et comme leurs sujets, ils demeurent fugaces et insaisissables.

Exposition à voir au 104, du 24/03 au 6/05/2018

BIANCA LI, ELEKTRIK

BIANCA LI, ELEKTRIK

Tout était possible puisque rien n’était encore codifié.

L’électro est la danse d’une génération. Inventée dans les années 2000 en région parisienne, elle n’a depuis eu de cesse d’évoluer, d’affûter et d’enrichir sa gestuelle. Caractérisée par ses mouvements de bras décoiffants, la danse électro se vit par décharges, entre explosivité et précision.

En 2018, Blanca Li se joue de nos perceptions sonores et visuelles et nous invite à redécouvrir cette danse au gré de musiques électros aux influences baroques et industrielles. L’oeil du spectateur se laisse volontiers transporter dans l’univers graphique de ces artistes complets, créant des illusions d’optique de leurs jeux de bras kaléidoscopiques, sublimées dans une chorégraphie aérienne et lumineuse signée par une des grands maîtres de la danse urbaine.

Du 27/03/2018 au 14/04/2018

Fondation Cartier, première grande exposition personnelle de Junya Ishigami

Fondation Cartier, première grande exposition personnelle de Junya Ishigami

Du 30 mars au 10 juin 2018, la Fondation Cartier pour l’art contemporain présente Freeing Architecture, la première grande exposition personnelle de Junya Ishigami.
Figure majeure et singulière de la jeune scène architecturale japonaise, Lion d’or à la Biennale d’architecture de Venise en 2010, Junya Ishigami est l’auteur d’une œuvre conceptuelle et poétique dans laquelle le paysage tient une place prépondérante.
À l’occasion de l’exposition Freeing Architecture, conçue spécialement pour la Fondation Cartier, l’architecte dévoile une vingtaine de ses projets architecturaux en Asie et en Europe à travers une série de maquettes de grandes dimensions, accompagnées de films et de dessins documentant leurs différentes étapes de conception et de construction. Dialoguant avec le bâtiment iconique de Jean Nouvel, cet événement est également la première exposition personnelle de grande envergure que la Fondation Cartier pour l’art contemporain consacre à un architecte.

Photographie de la maquette réalisée pour le projet House & Restaurant.
© junya.ishigami+associates.